Pensionnat Magique


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pouèmes na moa

Aller en bas 
AuteurMessage
Aedlan
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 142
Age : 28
Côté coeur : célibataire
Pouvoir : change-forme
Date d'inscription : 12/12/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée ( Du personnage ):
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Pouèmes na moa   Sam 13 Déc - 11:42

J'ai écrit pas mal de poèmes (et je le fait toujours ), en voici un petit extrait :

Le sentier de la passion

Je parcours la terre nuit et jour
A la recherche du grand amour,
A petits pas je vais vers la mer,
Observe cette couleur légère.
Elle me confère l'espoir d'un jour,
Celui où je trouverai l'amour.

Me détachant de ce paysage
Je reprends mon éternel voyage,
Le chemin jusqu'à toi est bien long.
Maintenant je traverse les monts
Dont les hauts sommets blancs en danger
Me pressent vivement d'arriver.

Je vais partout où le vent m'emmène,
Et je prie pour qu'à toi il me mène.
J'approche des côtes déchirées,
Je me traîne d'un pas fatigué,
Mais je t'aperçois enfin là-bas
Et je cours te prendre dans mes bras.

Au gré du vent

Capitaine d'un navire
Qui vogue vers l'avenir
Qui traverse l'océan
S'abandonne au gré du vent

J'emmène pour équipage
Un profond amour bien sage
Ainsi qu'un espoir vivant
Qui s'élève au gré du vent

C'est un parcours solitaire
Une course téméraire
Qui m'emmène doucement
Près de toi au gré du vent

Puissant paradis sur mer
N'est pas un rêve éphémère
Pousse toujours en avant
Cet amour au gré du vent

Les oiseaux de la vie

Je suis un coeur à prendre, j'ai mon âme à vendre.
Dieu ! l'amour est une douce étreinte éternelle,
De par ses grands yeux d'ambre elle nous ensorcelle.
Inséparables séparés, tels l'amour tendre.

Enlacé dans ses bras je me suis laissé prendre,
Et de ses doux baisers elle m'envoute, belle
Fleur que vient cueillir l'aube, tu es l'hirondelle
De paix qui vole sur mon coeur de pierre en cendre.

Mais pourtant, voici le grand faucon de la haine,
Immense créature qui cause la peine,
Moi qui avais cru en être débarrassé,

La voila qui jette sur moi son voile noir
Et qui m'entraîne dans le puits du désespoir,
Tourne autour de moi tel un vautour affamé.


mon préféré :

Triste vie

J'ouvre les yeux sur ce monde noir, triste ciel !

Apercevoir dès l'aube les auras du mal,
Marcher vers cette lumière blanche banale.

Rencontrer toutes ces âmes perdues en peine,
Fatiguées du poids de la douleur qu'elles trainent,
Vile malédiction qui coule dans leurs veines.

Nous sommes tous condamnés à périr un jour,
Mais pour oublier les Hommes vivent d'amour,
Tentent de cacher leurs souffrances de toujours,
Nous sommes tous condamnés à aimer un jour.

La vie est à tous notre couloir de la mort,
Punition fatale qui prouve qu'on a tort,
De croire que tout ici-bas se règle en or.

Mais enfin revenir seul chez soi tard le soir,
D'un simple regard s'observer dans le miroir.

Et s'y apercevoir dans un reflet d'acide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyuri Ariyoshi
Actif
Actif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 584
Age : 27
Côté coeur : Dors sur sa lune favorite... et tant aimée =3 *Shiro ♥*
Hobbys : Pianooow xD
Pouvoir : communication avec les nanimauw =3
Date d'inscription : 16/11/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée ( Du personnage ):
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pouèmes na moa   Sam 13 Déc - 11:53

Haaaaaaaaaaaaaan trop beauw *_*
Continue =D
J'adore la première et la dernière x3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Ryusoka
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 270
Age : 25
Côté coeur : Mon coeur s'ouvrira à celle qui le mérite le plus
Hobbys : Jeux video, lire
Pouvoir : Champs de force
Date d'inscription : 04/12/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée ( Du personnage ):
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pouèmes na moa   Sam 13 Déc - 12:02

Moi je les aimes bien tous, mais 'tite préférence pour le deuxieme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aedlan
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 142
Age : 28
Côté coeur : célibataire
Pouvoir : change-forme
Date d'inscription : 12/12/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée ( Du personnage ):
Avertissements:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Pouèmes na moa   Sam 13 Déc - 12:13

En voila deux autres (malheureuselebt pour moi, plus vraiment d'actualité ) :

Puissant sentiment


Mon amour pour toi est bien plus qu'une passion,
Ce n'est ni un loisir, ni un métier,
C'est la plus belle de toutes les missions,
Un réel honneur que pour tes beaux yeux c'est d'oeuvrer,

Pour toi j'ai ouvert les portes de mon coeur,
Tu as su trouver la clef tant recherchée,
Avec elle tu as ouvert le jardin du bonheur,
Tout pour toi ma belle à l'infinie éternité,

Car tu es à mes yeux la plus douce des fleurs,
De celles qui n'ont qu'une seule beauté,
Laisse-moi te bercer de mes dires enchanteurs,
Toi qu'on peut confondre avec une divinité,

Il n'y a pas assez de mots littéraires,
Pour qu'en liberté sur mes sentiments je puisse causer,
C'est mon coeur qui s'impose et me fait taire,
Puisque seul lui sait comment ton âme doit être caressée,

Lorsque tu es auprès de moi, ta voix
Ranime les braises éteintes depuis si longtemps,
Je me battrais pour toi, pour te savoir avec moi,
Pour t'aimer librement de ce feu ardent,

Dans tes doux et magnifiques cheveux,
J'aimerais laisser couler mes doigts,
Ne te retire pas déjà de mes lèvres, reste encore un peu,
J'aimerais toujours te sentir contre moi,

Je t'aime, je t'aime, je t'aime,
Ces mots si beaux qu'à réciter on ne se lasse pas,
Je t'aime, je t'aime, je t'aime,
Ces mots si beaux qu'à réciter on ne se lasse pas,

Car ainsi s'exprime seulement ce sentiment,
Car il n'y a rien d'autre dans mon esprit,
Car ainsi s'exprime ce qu'il y a de plus puissant,
Car c'est pour toi que je peux donner ma vie,

J'ai tant à te dire, tant à te faire sentir,
Que ce poème ne saurait être un jour complet,
Mon amour pour toi ne pourra jamais se ternir,
Ce que j'éprouve pour toi est une vraie entité.

Pour toi

Du coeur à l'esprit et du plus profond de mon âme
Tu as su conquérir mes pensées
Je ne pourrais jamais t'oublier
Car tu es celle qui a illuminé mes jours

Ô douce lumière insaisissable
Je ne peux que t'admirer avec l'espoir de te rejoindre
Tu es la collombe de paix de ma vie
La rose blanche du bonheur de mon existence

Jeune fille fragile que mon amour a choisit
Il me prend souvent cette puissante envie
Qu'est celle de te sentir dans mes bras
Et te protéger des maux de ce monde

Ta voix est une berçante symphonie
Ton regard est un sublime filet de passion
Tes cheveux forment la cascade de la vie
Ta peau la douceur maligne sans valeur

Tu as eu le don de réchauffer mon coeur
Déjà avant on te surnommé Ange
Mais tu es en fait gardienne du paradis
Prend ma main repose en sécurité


un autre moins glorieux :

Patience

Une heure qui passe
Patience
La vertu ne s'acquiert pas facilement
Le temps s'écoule
Et je ne me sent pas plus sage
On m'avait assuré pourtant
Que je comprendrais en grandissant
Patience
Maintenant je suis grand et vieux
Mais je suis mort aussi
Et malgré tout ce temps
Je ne comprends toujours pas
Quel sens a la vie.


un qu'on pourrait classer dans la catégorie "humour" de la poèsie :

La meilleur des fins

Il fut un jour où deux créations de l'Être Divin
Se donnèrent par amour la main,
Vécurent ensemble des aventures
Jusqu'à la plus grande des mésaventures,
Quelque fut leur vie on peut être assuré
Qu'ils se seront toujours aimés,
Et c'est avant que Monsieur ne meurs
Que Madame lui offrit un dernier élan du coeur,
Que Monsieur n'eut pas à mourir en lâchant un soupire
Mais dans un ultime cri de plaisir.


et on retourne dans le sombre :

Douleur

S'il m'était donné d'ouvrir mon coeur
Comme le Printemps pour une fleur,
On se noierai dans ma douleur
Tant j'ai l'âme qui pleure.

Et si l'on regarde en moi
On saura alors pourquoi
Le ciel reste bleu,
Et que les gens sont heureux.

J'agis comme un récepteur,
Ainsi m'a conçu le Seigneur.
Je récolte tout le malheur,
Pour qu'autrui vive dans le bonheur.

On se noierai dans ma douleur
Tant j'ai l'âme qui pleure,
S'il m'était donné d'ouvrir mon coeur
Comme l'Hiver fane une fleur.

Complainte

Dans un lieu éloigné
Un sentier égaré,
Résonne une mélodie
Un échos de la vie.

C'est une voix sombre
Perdue dans l'ombre
Qu'on entend chanter
La complainte des damnés.

Ils se perdent dans l'abysse dévoilée,
Dans le noir de leurs âmes torturées,
Et écoutent distraitement
Ce chant envoûtant.

Au soleil, vivants,
Mais pour combien de temps ?
Quand tous se détournent
L'espoir s'en retourne.

On devient sourd à ses propres plaintes
Et l'on se renferme sur ses craintes,
Pourquoi ? Tout est futile,
La vie est inutile.

Ces yeux sans éclat
Qui surveillent nos pas,
Ils sont nombreux
Ces regards vitreux.

Cries, pleures et pries,
Tant que les autres en rient
Ton coeur se ferme,
La haine germe.

L'amour s'envole au loin,
Les doigts blancs se referment sur rien.
La détresse criée est vaine
Vivre n'en vaut plus la peine.

La souffrance emprisonne.
La solitude, plus personne.
Aucune main tendue,
Ne résiste plus.

Une douleur subsiste encore,
Celle qui nous endort.
Un soupire annoncé,
Viens avec nous, pour chanter.

Sous la lune, encore là,
Se rassemblent les voix,
Froides, seules, apeurées,
Elles ne savent que chanter.


et j'en ai encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pouèmes na moa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pouèmes na moa
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Magique :: Hors RPG :: Coin artistique-
Sauter vers:  












Design du Forum réalisé par Lunelya - coder par Synchro ©
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit